Menu
Retrouvez-moi :
19 Boulevard Morland, 75004 Paris
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Divorce amiable et convention d'indivision : comment s'en sortir ?

Divorce amiable et convention d'indivision : comment s'en sortir ?

Le 21 décembre 2018
Divorce amiable et convention d'indivision : comment s'en sortir ?
La convention d'indivision dans le cadre d'un divorce par consentement mutuel est une solution très intéressante. Il faut de préférence prévoir une durée limitée mais également une indemnité d'occupation qui correspond à 70 % de la valeur locative du bien

S'il y a une difficulté lorsque l'on divorce, c'est le sort du domicile conjugale.

Plusieurs options s'offrent à vous : rachat de la part du conjoint, vente du bien, mais lorsque l'on est pressé de divorcer et que l'on ne dispose pas des ressources nécessaires pour racheter la part du conjoint, l'option qui paraît la plus adaptée reste la convention d'indivision ! Mais que se passe t-il réellement dans le cadre d'un divorce amiable ou contentieux ? Maître Léa Smila - avocate à Paris vous conseille.

La convention d'indivision dans le cadre d'un divorce amiable peut être une solution idéale car elle permet de se laisser le temps de la réflexion et d'organiser le sort du bien dans l'attente de le vendre ou de le racheter.

Pour divorcer par consentement mutuel, il est impératif de liquider la communauté : il convient en principe de vendre le bien immobilier ou de racheter la part de l'autre époux.

- en cas de vente du logement familial précédant le divorce, vous devrez régler 2,5 % de droit de partage sur l'actif net de la communauté mais vous échapperez au frais du notaire.

- en cas de rachat par l'un des époux, un acte liquidatif sera dressé par le notaire ( droit de partage + frais de notaire = 4 % environ de l'actif net)

Toutefois, il peut arriver que les époux soient très pressés de divorcer, que la vente précipitée du bien soit une véritable perte financière et que le rachat par l'un des époux soit impossible faute de liquidités.

Dès lors, la solution intermédiaire consiste à finaliser une convention d'indivision.

Cette convention d'indivision doit permettre d'anticiper les modalités relatives à la gestion du bien, dans l'attente de son rachat ou de sa vente.

Elle n'est valable que 5 ans renouvelable à titre exceptionnel. Il est parfaitement possible de prévoir une durée inférieure.

La convention d'indivision permet de prévoir qui habitera dans le bien, si une indemnité d'occupation sera réglée, qui réglera les charges inhérentes au logement, le crédit immobilier ...

La convention d'indivision dans le cadre d'un divorce amiable a naturellement un coût qui représente environ 1,2 % de la valeur du bien ( comprenant le paiement des taxes de publication, émolument diu notaire etc.)

Toutefois le prix de la convention d'indivision ne doit pas être dissuasif car il reste finalement peu élevé et permet de finaliser votre procédure par consentement mutuel rapidement tout en vous laissant le temps de la réflexion quant à la vente ou au rachat du bien.

Le Cabinet de Maître Léa Smila - avocate à Paris 75004 - peut vous orienter vers des études de notaire avec qui elle travaille habituellement.

En bref, la convention d'indivision dans le cadre d'une procédure de divorce amiable est une option très intéressante.

Son coût  ne doit pas être dissuasif car il reste finalement peu élevé et permet de finaliser votre procédure de divorce par consentement mutuel rapidement tout en vous laissant le temps de la réflexion quant à la vente ou au rachat du bien.

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'information et à prendre rendez-vous avec Maître Léa Smila - avocate à Paris

Besoin d’informations ?

Nous vous rappelons pour répondre à vos questions.

Contactez-nous